Blagues

Histoires drôles

Épreuves de sauvages

Un avion s'écrase dans la jungle. Il y a trois survivants : un français, un allemand et un belge. Ils sont tout de suite capturés par des sauvages. Le chef de la tribu leur dit :
- En temps normal, nous vous aurions mangés ! Mais nous avons assez de viandes pour l'hiver, donc nous avons décidé de vous faire passer deux épreuves. Si vous les réussissez, nous vous laisserons la vie sauve. Votre première épreuve, c'est d'aller dans la forêt et de ramener ici 100 fruits de la même espèce. Je vous dirais qu'elle est la deuxième épreuve si vous réussissez la première.
L'allemand refuse, au nom des droits de l'homme... Et le chef de la tribu lui coupe la tête, sans autre forme de procès. Le français et le belge acceptent, pétrifiés.
Quelques heures plus tard, le français revient avec 100 litchis. Le chef dit :
- Bravo, tu as réussi la première épreuve ! Il faut maintenant que tu te mettes tous les fruits dans le cul, un par un, sans rien dire, sans crier, et sans rigoler !
Le français s’exécute non sans mal. 1 litchi, 2 litchis, 3 litchis..............
Il a presque terminé, il insère son 98e litchi quand il éclate de rire ! Le chef de la tribu lui coupe la tête.
Il arrive alors aux portes du paradis, et St Pierre lui demande :
- Mais que s'est-il passé ? Vous aviez presque réussi !
Le français répliqua :
- C'est à cause du belge, je l'ai vu revenir avec un énorme sac de noix de coco !


Le petit neurone perdu

C'est l'histoire d'un petit neurone qui arrive par hasard dans un cerveau masculin. C'est un événement assez rare, mais ça arrive tout de même parfois.
Donc ce pauvre petit neurone se retrouve accidentellement tout seul dans cette grande boîte vide et noire.
- HE HO ! crie le petit neurone.
Mais personne ne répond au pauvre petit neurone.
- HE HO ! répète le pauvre petit neurone, perdu.
Mais là encore, il n'entend que l'écho de sa propre voix... Désespéré, le malheureux petit neurone se met à pleurer.
C'est à ce moment là qu'un autre petit neurone arrive en courant et dit à notre pauvre neurone en pleurs :
- Bah qu'est ce que tu fous là ? Viens ! On est tous en bas !